Biographie Photo Graveur

Accueil > Toulouse-Lautrec Henri


lautrec.jpg

lautrec

Toulouse-Lautrec Henri

Pays : France

Style : post-impressionnisme

Période : XIXe siècle

Enfance à Albi


Son père est le très excentrique, Comte Alphonse de Toulouse Lautrec Monfa, sa mère Adèle Tapiè de Celeyran, est la cousine germaine de celui-ci, elle est issue d'une famille de magistrats et de prélats. Les Lautrec sont amateurs d'arts, le grand-père est un dessinateur accompli, Charles, son oncle, un amateur averti, l'encourage dans sa petite enfance, mais surtout son père Alphonse, dessinateur, peintre et à l'occasion sculpteur. Henri fait preuve d'un talent exceptionnel très jeune, notamment pour les caricatures qui ornent ses cahiers d'écoliers, il remplit beaucoup de petits carnets d'esquisses en utilisant diverses techniques. Il s'installe avec sa mère à Paris à l'Hôtel Perey et entre au prestigieux Lycée Fontanes (lycée Concordet). Henri est de santé fragile, sa mère craignant pour lui qu'il soit tuberculeux, l'emmène faire des séjours dans des villes d'eaux. l'âge de quatorze ans, Toulouse-Lautrec fait une chute et se brise le fémur gauche, il est plâtré et doit rester alité. L'année suivante, il se brise le fémur droit qui le laisse définitivement estropié.

Paris



Toulouse-Lautrec obtient son baccalauréat en 1881 et décide d'abandonner ses études et de devenir artiste, il est soutenu par son oncle Charles et René Princeteau, ami de son père. Il a également un handicap, il est atteint de surdité et également muet, il connait les chevaux et les peint, il décide de prendre Henri sous son aile, il le forme pendant près de six ans. En 1882 à 18 ans, Toulouse-Lautrec prend des leçons de peinture dans l'atelier de Princeteau, il y rencontre le peintre Jean Louis Forain et entre le 17 avril sur ses recommandations, dans l'atelier du célèbre peintre de salon Léon Bonnat. Celui-ci est très sévère et n'a guère d'estime pour Henri. Après la fermeture de son atelier, il devient l'élève de Fernand Cormon. Toulouse-Lautrec a pour camarades d'études Rachou, Albert Grenier, Charles Laval, François Gauzi, Louis Anquetin qui deviennent ses amis. Il rencontre Émile Bernard, Vincent Van Gogh. En 1883 sa mère achète le château de Malromè en Gironde ou Henri passe tous ses étés, il fait la connaissance du Père Tanguy qui lui présente des oeuvres de Cézanne qui l'impressionnèrent vivement.

Montmartre



En 1884, Toulouse-Lautrec s'installe à Montmartre, 19 bis rue Fontaine, comme sous-locataire de Lily et Albert Grenier, qui l'initièrent à la vie nocturne, il fait la connaissance d'Edgar Degas qui a son atelier dans la maison attenante à qui il voua une grande admiration. En 1885, après avoir obtenu le soutien financier de sa famille, Toulouse-Lautrec peut découvrir son quartier, il fréquente assidûment le Mirliton (cabaret qui appartient à Aristide Bruant) il y rencontre Claude Monet, il fréquente le bal du Moulin de la Galette qui lui inspirent des scènes de danses. En 1886, l'artiste illustre pour Le Rire, Le Paris Illustré et dessine les couvertures de la revue Mirliton. Lautrec expose ses oeuvres de façon permanente et loue un atelier, rue Caulaincourt, en décembre il expose au Salon des Arts Incohérents. En 1887, n'aimant décidément pas vivre seul, Lautrec s'installe avec son ami le médecin Henri Bourges, il fait la rencontre du peintre belge Théo Van Rysselbergues. En 1889, Le Moulin Rouge ouvre ses portes, Henri devient vite un habitué et y expose ses oeuvres, il fait alors la connaissance de Jane Avril.

La Célébrité



1891, Toulouse-Lautrec a 27 ans et s'initie à la lithographie chez l'imprimeur Edward Ancourt, il crée sa première affiche pour l'ouverture du Moulin-Rouge et c'est la célébrité, l'affiche est imprimée à trois mille exemplaires, le succès est immédiat. Lautrec crée d'autre affiche, notamment pour la revue le Divan japonais et pour Aristide Bruant (propriétaire cabaret le Mirliton) des illustrations pour des revues ainsi que des feuilles de titres. Son penchant pour l'alcool devient très inquiétant et l'artiste commence à fréquenter les maisons closes. En 1895 la revue l'Art français lui consacre un article : Lautrec, peintre de Jane Avril. Il expose cinq estampes, au Salon de la libre Esthétique à Bruxelles, puis part pour Londres avec son ami Joyant et rencontre Oscar Wilde. La célèbre Goulue lui commande un décor pour sa baraque foraine à la foire du trône. Il participe à une exposition de lithographies à l'École des Beaux-arts de Paris, Toulouse-Lautrec rencontre la chanteuse May Belfort et réalise une affiche pour May Milton et brosse les portraits de Cha-U-Kao danseuse nue.

Déclin de sa santé



En 1896 c'est sa deuxième grande exposition particulière dans la galerie de Joyant, 9 rue Forest, qui attire de nombreux visiteurs. Il refuse de vendre une oeuvre à l'ex-roi de Serbie, qu'il considère comme un vulgaire éleveur de porcs. Sa santé déclinant, Toulouse-Lautrec fait des séjours au Havre à Bordeaux et à Arcachon, puis il se rend en février à Bruxelles avec Joyant. En août, Lautrec entreprend un grand voyage en Espagne et visite Burgos, Madrid et Tolède. Il s'intéresse alors aux estampes érotiques en couleurs des Japonais et d'Utamaro en particulier. En novembre, l'artiste visite les châteaux de la Loire et participe à une exposition d'affiches à Reims. En 1897 Tristan Bernard introduit Lautrec dans le milieu des courses de vélos, il réalise deux affiches sur ce thème. Publication de l'Album de lithographies Elles, fruit de son travail sur les maisons closes. Il loue un nouvel atelier, rue Frochot. En 1898, exposition à la Galerie Goupil à Londres de 78 oeuvres, puis publication de son deuxième album consacré à Yvette Guibert. Toulouse-Lautrec est alors sujet à des délires de persécution et se croit recherché par la police, il se réfugie chez un ami.
En 1899, l'artiste réalise les illustrations des Histoires Naturelles de Jules Renard. Il est souvent déprimé, les obsessions et les angoisses sont de plus en plus fréquentes. De plus, sa mère qu'il adore quitte Paris en janvier pour soigner sa propre mère, malade à Albi. Dans la maison close de la rue des Moulins, Lautrec est pris d'une crise d'éthylisme, il est interné contre son gré dans une maison de santé à Neuilly-sur-Seine, où il reste trois mois. Durant son internement, Lautrec exécute de mémoire des scènes de cirque. Il devient plus célèbre après le scandale qu'il provoque, les prix grimpent, il part en convalescence à Albi, puis Le Crotoy, Le Havre et à Bordeaux où Paul Viaud s'occupe de lui. Tous deux se rendent à Taussat en yacht. Lautrec passe la saison d'automne avec Viaud à Paris. En 1900, il se querelle avec sa famille qui veut le placer sous curatelle, Lautrec déprimé perd le goût de la vie et sombre de nouveau dans l'alcoolisme. Malgré cela, il fait partie d'un jury pour des affiches à l'exposition Universelle de Paris et y participe en fauteuil roulant. Du mois de mai à septembre, il séjourne à Taussat puis à partir d'octobre, à Bordeaux où il loue pour lui-même et pour Viaud qui est chargé de surveiller sa consommation d'alcool, un appartement et un atelier.


En 1901, Lautrec assiste à de nombreuses représentations théâtrales et dédie six toiles à Messaline. En mars, il est victime d'une nouvelle syncope avec hémorragie cérébrale, ses jambes sont paralysées. L'artiste passe trois mois à Paris où il règle sa succession et signe des œuvres importantes. Le 15 juillet, il quitte définitivement Paris en compagnie de Viaud, puis regagne le bassin d'Arcachon et Taussat. Le 15 août, l'artiste est victime d'une attaque d'apoplexie à Taussat, qui le rend hémiplégique. Le 20 août, sa mère l'emmène à Malromé où il décède le 9 septembre, à seulement 36 ans en présence de ses parents, de son cousin Gabriel et de Viaud. Ses obsèques ont lieu à Saint-André-du-Bois; sa dépouille est transférée à Verdelais en Gironde. Malgré une vie courte et marquée par la maladie, l’œuvre de Lautrec est très vaste; le catalogue raisonné de ses oeuvres, énumère 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies (y compris les affiches) et environ 5 000 dessins.



Première édition le: 01 septembre 2008 Par : Sarah
Mise à jour le: 29 janvier 2012 Par : Sarah


Contenu sous copyright © 2008 - 2019, toutes reproduction strictement interdites sans autorisation écrite du site l'univers des arts.

Principales œuvres de Henri Toulouse-Lautrec Toutes les oeuvres ici

fichier:toulouse lautrec le sommeil.jpg

Le sommeil

fichier:toulouse lautrec a la souris.jpg

A la souris

fichier:toulouse lautrec la danse au moulin rouge.jpg

La danse au Moulin-Rouge

fichier:toulouse lautrec elsa la viennoise.jpg

Elsa la Viennoise

fichier:toulouse lautrec henri a la mie 1891.jpg

A la Mie

fichier:toulouse lautrec henri jockey en cours vers la droite.jpg

Jockey en cours vers la droite

fichier:toulouse lautrec henri reunion de cavaliers de chasse a courre 1878.jpg

Réunion de cavaliers de chasse à courre

fichier:toulouse lautrec henri comte alphonse de toulouse lautrec en fauconnier 1879.jpg

Comte Alphonse de Toulouse-Lautrec en fauconnier

fichier:toulouse lautrec henri artilleur sellant son cheval vers 1878.jpg

Artilleur sellant son cheval

fichier:toulouse lautrec henri alphonse de toulouse lautrec conduisant son mail coach 1880.jpg

Alphonse de Toulouse-Lautrec conduisant son mail-coach

fichier:toulouse lautrec henri cocotte monsieur le cure lisant son breviaire 1881.jpg

Cocotte, Monsieur le curé lisant son bréviaire

Publicité

Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur.
Ecclésiaste

Haut de la page

BiographiePhotoGraveurCitationNous contacter Plan du site

Retrouver les plus grands artistes du moyen-âge au XIXe siècle avec leurs oeuvres principales en image.

fils rss l'univers des arts fils rss l'univers des arts fil rss biographie fil rss photo

© 2008-2019 l'univers des arts