Biographie Photo Graveur

Accueil > Denis Maurice


Ėphéméride

La St Léger

A Paris le Soleil se léve à 7h52 se couche à 19h27

275e jours de l'année reste 90 jours

Semaine 40 UTC +2h



denis_maurice_jour_de_pardon_a_guidel_1905.jpg

denis maurice jour de par...

Denis Maurice

Pays : France

Style : nabis

Période : XIXe siècle

Les débuts


Maurice Denis naît le 25 novembre à Granville dans la Manche ou ses parents sont repliés à cause de l'avance allemande, il est le fils unique d'un employé de la Compagnie des Chemins de Fer de l'Ouest Eugène Denis et d'une modiste Hortense. La famille réside à Saint-Germain-en-Laye où Denis habite toute sa vie.

En 1882, il entre au lycée Condorcet, à Paris et a pour camarades Edouard Vuillard, Ker-Xavier Roussel et Aurélien Lugné-Poe avec lesquels il partage l'aventure du mouvement Nabi. Il est un élève brillant. Des 1884, il débute la rédaction de son journal qui tient tout au long de sa vie et qui est publié en 1957 et 1959. Son père l'autorise à suivre des cours de dessin chez le photographe Zani à Saint-Germain-en-Laye, il fréquente les musées de sa ville et copie les anciens au Louvre. Fervent catholique, sa foi effraie un peu sa mère qui pourtant est très pratiquante. En 1885, il rencontre Jeanne Dufour qui lui sert de modèle en 1889 pour son premier tableau religieux : Mystère catholique. En 1887, il obtient son baccalauréat de philosophie et découvre les oeuvres de Puvis de Chavannes lors d'une exposition rétrospective chez le marchand Durand-Ruel qui le marquent beaucoup.

Les Nabis



Au début de l'année 1888, Denis s'inscrit à l'Académie Julian où il rencontre l'artiste Paul Sérusier, Pierre Bonnard, Henri-Gabriel Ibels et Paul-Elie Ranson. Il est également admis à l'École Nationale des Beaux-arts et entre dans l'atelier de Jules Lefebvre et de Lucien Doucet, il arrête très vite sa scolarité. En octobre, Sérusier revient de Pont-Aven avec "Le Talisman" petit tableau qu'il a peint sous la direction de Paul Gauguin. Denis et ses amis en comprennent tout de suite l'importance, c'est alors la formation du groupe Nabi (de l'hébreu = prophète) avec Sérusier, Bonnard, Vuillard, Roussel, Ranson, Ibels et Piot. En 1889, il rencontre Odilon Redon, il visite l'exposition du Groupe impressionniste et synthétiste organisée au café Volpini dans l'enceinte de l'Exposition Universelle. Il est fortement impressionné par Gauguin. Il commence l'illustration de Sagesse de Paul Verlaine qui est édité par Ambroise Vollard en 1911.

Première exposition



En 1890 le peintre expose pour la première fois au Salon de la Société des Artistes français à Paris avec un pastel, "L'enfant de choeur" et publie, dans la revue Art et Critique, son premier article théorique intitulé : Définition du néo-traditionnisme qu'il signe Pierre Louis. Il rencontre Marthe Meurier qui devient son modèle sur plusieurs toiles dont Tâches de soleil sur la terrasse. Il fréquente l'atelier partagé par Vuillard, Bonnard et Lugné-Poe rue Pigalle à Paris.

Les Indépendants


En 1891, il participe pour la première fois au Salon des Indépendants et présente ses illustrations pour Sagesse. Devenu un habitué du cercle du peintre Henry Lerolle, il rencontre chez lui, les musiciens Claude Debussy, Ernest Chausson, Paul Dukas, Vincent d'Indy et César Franck et Paul Valéry. Grâce à lui qui appartient au comité d'organisation, les Nabis participent à la 1 ère exposition des Beaux-Arts au château de Saint-Germain-en-Laye. Au mois de décembre Denis présente trois tableaux à la 1 ère exposition des Peintres Impressionnistes et Symbolistes à la galerie Le Barc de Boutteville à Paris, il y expose jusqu'en 1896.

André Gide


En 1892, il se fiance avec Marthe Meurier. Il rencontre André Gide chez Madame Finaly qui devient un grand ami du peintre. Octave Maus invite le peintre à participer au Salon des XX à Bruxelles. Denis épouse Marthe en juin 1893 à l'église de Saint-Germain-en-Laye, (ils auront sept enfants) puis se rend à Perros-Guirec en Bretagne pour son voyage de noces, Denis revient souvent dans cette région pour peindre. Il réalise des projets de papiers peints, un panneau décoratif pour Arthur Fontaine, Les Muses et l'illustration du Voyage d'Urien d'André Gide.

L'Italie



En février 1894, il participe à la 1 ère exposition de La Libre Esthétique à Bruxelles, il y exposera jusqu'en 1913. Il réalise le premier plafond peint pour l'hôtel particulier du musicien Ernest Chausson ainsi que des cartons de vitraux commandés par Siegfried Bing et Louis Comfort Tiffany. En avril 1895, il part pour l'Italie et visite Milan, Venise, La Toscane et l'Ombrie, il y fait de fréquents séjours par la suite. Denis réalise Le Chemin de la vie, vitrail pour Denys Cochin et L'Amour et la vie d'une femme, une frise en sept panneaux pour une chambre à coucher exposée dans la galerie L'Art nouveau nouvellement ouverte chez Bing.

L'Allemagne


Au printemps de 1897 il rencontre le critique allemand Julius MeierGraefe qui fait connaître l'artiste, Denis en Allemagne. Il retourne en Italie, invité avec sa famille par les Chausson à la Villa Papiniano à Fiesole, il y apprend l'italien et copie les maîtres italiens. Denis exécute les sept panneaux, La Légende de Saint-Hubert, puis un plafond pour l'hôtel parisien du baron Denys Cochin. Il peint Régates à Perros-Guirec vues de la jetée ouest, Le Dessert au jardin.

Les Beaux-Arts



En 1898, il séjourne à Rome en compagnie de son ami Gide et est très impressionnée par l'art classique et l'architecture romaine. Denis reçoit sa première commande importante d'art religieux pour la chapelle Sainte-Croix au Vésinet. Il réalise un panneau décoratif : Au Bois d'Amour et un vitrail en trois panneaux, La Présentation au Temple à Florence, vitrail en trois panneaux. Denis devient membre de la Société nationale des Beaux-Arts, il est nommé sociétaire en 1902 et participe régulièrement aux expositions jusqu'en 1922.

En 1899, édition par Ambroise Vollard de l'album de 12 lithographies Amour. Denis voyage beaucoup et peint L'hommage à Cézanne, Le Jeu de volant, Laissez venir à moi les petits enfants et réalise un panneau décoratif pour Étienne Moreau-Nélaton. Il peint La Forêt aux jacinthes pour l'hôtel particulier du comte Kessler à Weimar. En 1901, il rend visite à Edgar Degas et débute la décoration de l'église Sainte-Marguerite au Vésinet pour la chapelle de la Vierge.

Le Salon d'Automne



En 1902 il publie article intitulé, Les élèves d'Ingres pour le 1er numéro de la revue L'Occident, en mars 1903, il voyage en Allemagne en compagnie de Sérusier et rend visite à Jan Verkade qui a rejoint la communauté des pères de l'école de Beuron, Denis peint La Grande Plage. Au début de l'année 1904 il retourne à Rome avec Gide, Sérusier et Mithouard. Au mois d'octobre, le peintre expose au Salon d'Automne et y participera régulièrement jusqu'à son décès. Sa première exposition personnelle est organisée à la galerie Druet, l'artiste y présente ses toiles d'Italie.

Denis décorateur



En 1905 il voyage en Espagne avec les Mithouard, puis passe l'été en Bretagne, il réalise l'Éternel été décoration pour la chambre de musique de M. Mutzenbecker, à Wiesbaden. Denis continue ses voyages et se rend en Provence en 1906, avec Ker-Xavier Roussel, où il rend visite à Cézanne et rencontre Henri-Edmond Cross, Paul Signac, Louis Valtat et Auguste Renoir.

En 1907 il se rend en Allemagne avec Gide et est élu membre correspondant de la Sécession de Berlin, ils visitent Dresde, Cassel et Mayence, au mois d'avril expose à la galerie Berheim-Jeune. Grâce à Ambroise Vollard, Maurice Denis décore plusieurs vases sur des faïences stannifères d'André Metthey. Le peintre réalise un décor, terre Latine pour le hall de l'hôtel parisien de Jacques Rouché. Parution de Vita Nova de Dante Alighieri (gravures de Beltrand d'après Maurice Denis). Au mois de juillet 1908 Denis achète la villa Silencio à Perros-Guirec. L'académie Ranson ouvre ses portes, Denis y enseignera jusqu'en 1921. Il réalise la décoration, Histoire de Psyché pour la salle de musique du prince Ivan Morosov à Moscou, puis L'éternel Printemps, pour la salle à manger de Gabriel Thomas à Meudon.

Denis le théoricien



En mars 1910, il part en excursion à bicyclette en Ombrie dans le but d'illustrer les Fioretti de Saint-François, au mois de mai il est promu chevalier de la Légion d'honneur. Denis séjourne à Bruxelles où il participe à l'exposition universelle et internationale. Puis il prépare son Histoire de la musique, peintures pour la coupole du théâtre des Champs-Élysées. Publication de son premier recueil d'articles antérieurs nommé Théories 1890-1910, Du symbolisme et de Gauguin vers un nouvel ordre classique. Il réalise "l'Âge d'or" pour l'escalier de l'hôtel particulier du prince Wagram à Paris. En 1913, il voyage dans le Midi et se rend chez Aristide Maillol à Banyuls-sur-mer et chez Auguste Renoir à Cagnes.

La guerre



Maurice Denis achète l'ancien Hôpital Général, édifié par Louis XIV et Madame de Montespan, qu'il baptisera le Prieuré à Saint-Germain-en-Laye et dont il rêvait depuis longtemps, il y résidera jusqu'à sa mort. Au mois d'octobre il est engagé volontaire et mobilisé à Conches dans l'Eure, il sera démobilisé en 1915, il part pour la Suisse, puis l'Italie et réalise un vitrail Jeanne d'Arc pour Gabriel Thomas, puis Vie de saint Paul, pour l'abside de l'église Saint-Paul de Genève. En 1917, il est peintre aux armées, il rencontre Charles Camoin et Roger de La Fresnaye. Denis Fonde les Ateliers d'art sacré avec Georges Desvallières. Marthe Denis, malade depuis plusieurs années s'éteint le 22 août 1919.

Le 2 février 1921, il épouse Élisabeth Graterolle en secondes noces (ils auront deux enfants). Une rétrospective de ses oeuvres est présentée à l'Exposition Internationale de Venise et Maurice Denis publie ses Nouvelles Théories. Il voyage en Afrique du Nord et se rend en Algérie et en Tunisie avec sa fille Madeleine, puis passe par l'Italie à son retour. Il réalise Les Béatitudes pour l'église Saint-Louis de Vincennes et des cartons des vitraux pour l'église de Notre-Dame du Raincy.

Les Arts décoratifs



En 1924 il rend visite à Claude Monet à Giverny. Il réalise les peintures pour la coupole de l'escalier Dutuit au Petit-Palais : Histoire des Arts en France. Une rétrospective de ses œuvres est organisée au Pavillon de Marsan. En 1925, Denis participe avec les Ateliers d'Art Sacré, à la célèbre exposition des Arts Décoratifs de Paris, puis il part pour la Hollande, voyage aux États-Unis, au Canada retourne en Italie, en Terre sainte, visite l'Égypte, la Turquie et la Grèce. Il participe à la création de la Société des amis de Delacroix dont il est le premier président. En 1932 il est élu à l'académie des Beaux-Arts au fauteuil de Jean-Louis Forain.

Publication de Charmes et leçons d'Italie en 1933. Il exécute La Pentecôte, décoration pour l'abside de l'église du Saint-Esprit à Paris. En 1937, il se rend à Genève avec Vuillard et Roussel, proposer les esquisses de la décoration de la S.D.N. pour laquelle il réalisera La Paix dans la force. En 1938 il se rend en Alsace et réalise La légende de Sainte-Odile pour l'église de Lapoutroie. En 1939, Denis malade se rend en Bretagne. Maurice Denis est renversé par une voiture boulevard Saint-Michel à Paris et meurt à l'hôpital Cochin, il sera inhumé au cimetière de Saint-Germain-en-Laye.



Première édition le: 17 mars 2010 Par : Sarah
Mise à jour le: 29 janvier 2012 Par : Sarah


Contenu sous copyright © 2010 - 2014, toutes reproduction strictement interdites sans autorisation écrite du site l'univers des arts.

Suggestion de livre pour : Denis Maurice

Principales œuvres de Maurice Denis Toutes les oeuvres ici

fichier:denis maurice jour de pardon a guidel 1905.jpg

Jour de Pardon à Guidel

Publicité

L'imagination est plus importante que la connaissance, car la connaissance est limitée... tandis que l'imagination engendre le monde entier.
Einstein Albert

Haut de la page

BiographiePhotoGraveurNous contacter Plan du site

Retrouver les plus grands artistes du moyen-âge au XIXe siècle avec leurs oeuvres principales en image.

fils rss l'univers des arts fils rss l'univers des arts fil rss biographie fil rss photo

© 2008-2014 l'univers des arts