Biographie Photo Graveur

Accueil > Véronèse Paul


Ėphéméride

La St Joseph

A Paris le Soleil se léve à 6h56 se couche à 19h00

78e jours de l'année reste 287 jours

Semaine 12 UTC +1h



veronese_paul_portrait.jpg

veronese paul portrait

Véronèse Paul

Pays : Italie

Style : ecole italienne

Période : Baroque

Les débuts



Paolo Caliari, dit Véronèse naît à Vérone en 1528, dans le quartier de San Paolo, il est le cinquième enfant et dernier fils de Gabriele et de Caterina, son nom de famille n'est pas connu, il prend plus tard celui de Caliari. Son père est spezapreda (tailleur de pierres), il débute sa formation artistique avec lui et apprend à modeler l'argile, puis à l'âge de 13 ans, poursuit sa formation dans l'atelier de son oncle, le peintre Antonio Badile à Vérone. Par la suite il rejoint le groupe de jeunes peintres avec Giambattista Zelotti et Anselmo Caneta protégés par l'architecte véronais Michele Sanmicheli.

Sa première œuvre indépendante date de 1546 (aujourd'hui perdue, seul l'esquisse se trouve au Louvre), "Résurrection de la fille de Jaïre", pour la chapelle Avanzi de l'église San Bernardino à Vérone. Ses qualités de dessinateur lui font obtenir rapidement ses premières commandes, en 1547, Véronèse peint une toile représentant les Noces mystiques de sainte Catherine, à l'occasion du mariage de Giambattista Pindemonte et Anna della Torre, son style personnel est déjà affirmé, il fait preuve d'une exceptionnelle virtuosité technique et son coloris très riche est accentué par l'utilisation de teintes claires en opposition produisant des reflets très lumineux le plus souvent argentés très caractéristique de son style.

A cette période Véronèse réalise ses premiers chefs-d’œuvre d'inspiration maniériste, le retable pour la chapelle de la famille Bevilacqua-Lazise, à San Fermo Maggiore à Vérone, puis réalise en collaboration avec ses confrères Giambattista Zelotti et Anselmo Caneta, les fresques de la villa Soranza, à Treville dans la province de Trévise. En 1551, il peint sa première oeuvre pour la ville de Venise, un retable destiné à l'autel de la chapelle appartenant à la famille Giustiniani pour l'église vénitienne San Francesco della Vigna.

Vicence et Mantoue



En 1552, Véronèse travaille tout d'abord à Vicence où il collabore à la décoration du palais d'Isoppo da Porto, il exécute par ailleurs le portrait de son commanditaire avec son fils ainsi que celui de son épouse avec sa fille. Le cardinal Hercule Gonzague (Ercole Gonzaga) l'emmène à Mantoue avec ses compatriotes Domenico Brusasorci, Battista del Moro et Paolo Farinati pour les employer à la décoration du Dôme, la nouvelle cathédrale de Mantoue il y exécute un retable : "Tentation de saint Antoine", magnifique oeuvre qui le distingue des autres peintres.


Venise



Malgré ses succès à Mantoue, Véronèse ne trouve pas de travaux importants, il choisit donc de s'établir définitivement à Venise à partir de 1553, dès son arrivée il travaille au décor peint des trois salles du Conseil des Dix au palais des Doges en collaboration avec Ponchino et Giambattista Zelotti, à la demande de Daniele Barbaro. Il s'impose en rivalité avec Tintoret comme le grand décorateur de la ville, illusionniste, le grand scénographe, alliant clarté de la lumière et de la couleur, il maîtrise l'espace par de savantes perspectives et des raccourcis audacieux. Ces travaux occupent l'artiste pendant trois ans, il est chargé d'exécuter quatre des peintures principales, Véronèse exécute le célèbre médaillon central du plafond de la salle des audiences, Jupiter foudroyant les Vices ; Junon déversant des dons sur Venise, La Jeunesse et la Vieillesse et La Liberté, ses oeuvres lui feront obtenir ses premiers succès à Venise.

A 27 ans, en 1555, il ouvre son propre atelier situé Corte della Candela et signe un contrat pour un retable : "Retable de la Transfiguration" pour la cathédrale de Montagnana, Véronèse utilise alors pour la première fois le nom de Caliari, puis livre les plafonds de la sacristie de l'église San Sebastiano et signe un autre contrat pour trois toiles représentant la vie d'Esther, destinées au plafond de la nef de cette même église, il est aidé par son frère Benedetto et Gian Antonio Fasolo de Vicence, ces travaux contribuent à parfaire la renommée de Véronèse.

En 1556, il remporte le concours de la décoration du plafond de la bibliothèque de Saint-Marc (1556-1557) construite sur les plans de l'architecte Jacopo Sansovino, de nouveau, Véronèse triomphe sur ses concurrents en remportant la chaîne d'or qui lui est décernée par le peintre Pieve di Cadore. Il réalise trois des tondit destinés à décorer le plafond de la salle d'Or de la Libreria Marciana, sept peintres se partagent alors le travail, Giuseppe Porta dit Salviati, Battista Franco, Giovanni Demio, Giulio Licinio, Giambattista Zelotti et Andrea Schiavone. Les trois tondi de Véronèse représentent respectivement l'Honneur l'Astronomie, le second le Mensonge et le dernier la Musique, Véronèse réalise ces oeuvres avec de spectaculaires effets lumineux et s'approprie la tradition picturale vénitienne de l'époque.

Le peintre continue son intense activité de fresquiste et se consacre à la décoration de quelques salles du palais Trevisan à Murano. L'artiste connaît une grande renommée à Venise et reçoit quantité de commandes des milieux religieux de la ville. Vers 1558 il peint trois grandes scènes du plafond de l'église Santa Maria dell'Umilta aux Zattere, représentant l'Annonciation, l'Adoration des bergers et l'Assomption de la Vierge, puis à la fin de l'année reçoit la commande de la décoration des panneaux de l'orgue de l'église San Geminiano, place Saint-Marc, les panneaux seront installés en 1560.

En 1560 il débute la décoration en fresques de la villa Palladienne des Barbaro, à Maser, à côté de Trévise, ces fresques sont aujourd'hui considérées comme majeures dans l'histoire de la peinture vénitienne, Véronèse laisse libre cours à son imagination et peint avec une grande liberté d'expression, il continue ce langage figuratif et décoratif grandiose dans ses peintures de grands formats ayant pour thèmes, son sujet de prédilection, les repas ou Cène, la narration du repas avec le Christ devient pour lui l'occasion de mettre en scène de magnifiques fêtes en costume du XVIe siècle à l'intérieur de perspectives architecturales grandioses et très théâtrales, célébrant ainsi la Venise riche et triomphante à l'époque de sa splendeur. En 1561 il peint un Baptême du Christ pour l'église vénitienne du Redentore, puis réalise les fresques du presbytère le l'église San Sebastiano (perdu). En 1562, il livre les trois retables destinés à l'église San Benedetto Po, près de Mantoue.

Les Noces de Cana




Il reprend dans les années 1565 la décoration de l'église San Sebastiano et peint deux toiles pour le presbytère : un Martyre des saints Marc et Marcelin et le Martyre de saint Sébastien, puis à la même époque peint pour la famille Pisani : Famille de Darius devant Alexandre. En 1564 il réalise le retable destiné à la sacristie de l'église vénitienne San Zaccaria, oeuvre resplendissante de couleurs et de lumière, toujours pour San Sebastiano il peint le retable du maître-autel de l'église représentant une Madone en gloire, adorée par saintes Catherine et Élisabeth et les saints Sébastien, Pierre et François. En 1566, Véronèse épouse à Vérone Elena Badile âgée de 24 ans, le couple a quatre enfants, trois garçons et une fille.

S'en suivent d'autres grandes cènes, dont "Le Repas chez Simon le Pharisien" (1570) pour San Sebastiano; La Cène de saint Grégoire le Grand (1572) pour le sanctuaire de Monte Berico à Vicence ; et "le Repas chez Lévi" (1573) peint pour le réfectoire du couvent de la basilique Saint-Jean-Saint-Paul, ce tableau lui vaut un procès de l'Inquisition, le peintre est interrogé par les officiers à cause de son caractère peu orthodoxe. Cet épisode ne nuit en rien à la renommée de Véronèse, qui obtient de prestigieuses commandes publiques ou privées. En 1573, il termine le retable l'Adoration des Mages pour l'église San Silvestro de Venise et peint un retable pour Santa Corona de Vicence et pour la basilique de Padoue le Martyre de sainte Justine.

Veronèse profane



Véronèse ne peint pas que des sujets religieux, il est également l'auteur de beaucoup de sujets profanes souvent peint pour des collectionneurs, il réalise notamment une série de quatre représentations appelées Allégories d'Amour peintres vers 1575, intitulées Infidélité, Déception, Respect et Union heureuse. Il existe une autre série, peinte pour l'empereur Rodolphe II à Prague, il s'agit de La Sagesse et la Force ; Hercule à la croisée des chemins ; Vénus et Mars, liés par Amour et Mercure, Hersé et Aglaure. Il peint pour Jacopo Contarini le superbe Enlèvement d'Europe.

Véronèse travaille à la rénovation de la décoration de certaines salles du Palais des Doges détruites par un incendie en mai 1574, il peint plusieurs tableaux pour la salle du Collège puis remporte le concours avec Francesco Bassano pour l'exécution de la grande composition représentant le Paradis destinées à la salle du Grand Conseil dans le Palais des Doges, malheureusement pour des raisons inconnues, l'oeuvre n'est pas exécutée. En 1578, il date l'Annonciation pour la Scuola dei Mercanti à Venise. Au mois de juillet, il est amené à évaluer avec le peintre Palma le Jeune, quatre tableaux exécutés par Tintoret pour le palais des Doges, il réalise les cartons pour les figures en mosaïque pour la basilique Saint-Marc.

En 1582, il peint le retable pour San Zulian de Venise commandée par le marchand Girolamo Vignola et termine pour la salle du Grand Conseil du palais des Doges, Le Triomphe de Venise qui est placé au-dessus du trône du doge. Cette même année a lieu la consécration de l'église San Nicolo della Lattuga, qui est décorée avec 11 tableaux de l'artiste, en mai, il se voit confier la réalisation d'un retable pour l'église vénitienne San Giuseppe di Castello : L'Adoration des bergers.

Les années suivantes, il peint une Madeleine pénitente, deux retables pour Cividale del Friuli, peint une Résurrection de Lazare. Le grand artiste décède le 19 avril 1588 a l'âge de 60 ans, chez lui à San Samuele à Venise, des suites d'une infection pulmonaire, il est inhumé dans l'église San Sebastiano de Venise.



Première édition le: 28 avril 2010 Par : Sarah
Mise à jour le: 14 février 2012 Par : Sarah


Contenu sous copyright © 2010 - 2019, toutes reproduction strictement interdites sans autorisation écrite du site l'univers des arts.

Principales œuvres de Paul Véronèse Toutes les oeuvres ici

fichier:paolo caliari dit veronese la justice 1551.jpg

La Justice

fichier:paolo caliari dit veronese lucrece 1585.jpg

Lucrèce

fichier:paolo caliari dit veronese portrait d alessandro contarini.jpg

Portrait d'Alessandro Contarini

fichier:paolo caliari dit veronese portrait de daniele barbaro.jpg

Portrait de Daniele Barbaro

fichier:paolo caliari dit veronese venus et mercure presentent eros et anteros a jupiter.jpg

Vénus et Mercure présentent Éros et Antéros à Jupiter

fichier:paolo caliari dit veronese portrait de femme 1560.jpg

Portrait de femme

fichier:paolo caliari dit veronese portrait d une patricienne de venise.jpg

Portrait d'une patricienne de Venise

fichier:paolo caliari dit veronese suzanne et les vieillards 1570.jpg

Suzanne et les vieillards

fichier:paolo caliari dit veronese portrait d un gentilhomme avec un chapeau en main.jpg

Portrait d'un gentilhomme avec un chapeau en main

fichier:paolo caliari dit veronese portrait de francesco franceschini 1551.jpg

Portrait de Francesco Franceschini

fichier:paolo caliari dit veronese portrait d iseppo da porto avec son fils adriano.jpg

Portrait d'Iseppo da Porto avec son fils Adriano

Publicité

Messieurs, il faut de l'audace, encore de l'audace et toujours de l'audace...
Danton

Haut de la page

BiographiePhotoGraveurCitationNous contacter Plan du site

Retrouver les plus grands artistes du moyen-âge au XIXe siècle avec leurs oeuvres principales en image.

fils rss l'univers des arts fils rss l'univers des arts fil rss biographie fil rss photo

© 2008-2019 l'univers des arts