Biographie Photo Graveur

Accueil > Fragonard Jean Honoré


Ėphéméride

La Ste Bernadette

A Paris le Soleil se léve à 7h54 se couche à 18h14

49e jours de l'année reste 316 jours

Semaine 08 UTC +1h


Artistes liés


fichier:Achard Jean-Alexis

Achard Jean-Alexis

1807-1884, peintre autodidacte, Achard est tout d'abord commis chez un avocat. Il entame son apprenti...



fichier:Adan Louis Emile

Adan Louis Emile

1839-1937, peintre et dessinateur, Louis-Émile étudie avec Picot et Alexandre Cabanel aux Beaux-Arts ...



fichier:Adler Jules

Adler Jules

1865-1952, peintre. Jules Adler suit des cours aux Arts décoratif, puis à l'Académie Julian en 1883 o...



fichier:Adrion Lucien

Adrion Lucien

1889-1953, peintre et lithographe. Adrion débute en tant que dessinateur technique à Strasbourg, sa v...



fichier:Agard Charles

Agard Charles

1866-1950, peintre. Charles Agard étudie la peinture dans l'atelier de Léon Bonnat aux Beaux-Arts de ...



fichier:Agesci Bernard d'

Agesci Bernard d'

1757-1828, peintre. D'Agesci est l'auteur de portraits, de scènes de genre et de sujets religieux.



fichier:Albrier Joseph

Albrier Joseph

1791-1863, peintre. Albrier étudie aux Beaux-Arts avec Jean-Baptiste Regnault. Le peintre réalise des...



fichier:Allègre Raymond

Allègre Raymond

1857-1933, peintre paysagiste, orientaliste. Raymond Allègre étudie à l'École des beaux-arts de Marse...



fichier:Allemand Hector

Allemand Hector

1809-1886, peintre paysagiste et aquafortiste. Hector Allemand commence sa carrière artistique à la q...



fichier:Aman-Jean Edmond

Aman-Jean Edmond

1858-1936, peintre figuratif, graveur et critique d'art. Edmond Aman-Jean est élève à l'École des Bea...



fichier:Amaury Duval Eugène (Pineu Duval)

Amaury Duval Eugène (Pineu Duval)

1808-1885, peintre académique d'histoire, portraitiste. Amaury-Duval est l'élève d'Ingres en 1825. En...



fichier:Amoignes Paul Louis Martin des

Amoignes Paul Louis Martin des

1850-1912, peintre.



fichier:Andrieu Pierre

Andrieu Pierre

1821-1891, peintre et aquarelliste. Pierre Andrieu est l'élève et le collaborateur d'Eugène Delacroix...



fichier:Andrieux Clément

Andrieux Clément

1829-1880, peintre. Clément Andrieux expose dès l'âge de 18 ans jusqu'à sa mort, des scènes de genre ...




fragonard_jean_honore_autoportrait.jpg

fragonard jean honore aut...

Fragonard Jean Honoré

Pays : France

Style : ecole française

Période : Rococo

Les débuts



Jean-Honoré Fragonard naît à Grasse en 1732, fils de François Fragonard gantier et de Françoise Petit, en 1733 naît Joseph un petit frère qui meurt en 1734, Fragonard reste alors le seul enfant du couple. La famille s'installe à Paris en 1738 où il fait ses études, dès l'âge de treize ans il est placé chez un notaire, le jeune garçon a la passion très tôt du dessin que ses parents remarquent rapidement. Sa mère le présente au peintre François Boucher, celui-ci trop pris par son travail ne peut s'occuper de débutant et l'envoie chez Jean Siméon Chardin qui le fait peindre tout de suite. Parallèlement à cet apprentissage Fragonard copie les oeuvres dans les églises parisiennes. Au bout de six mois, il retourne chez Boucher qui au vu de ses progrès le prend dans son atelier, Boucher l'incite à concourir pour le Grand prix de Rome qu'il remporte dès son premier essai en 1752 avec "Jéroboam sacrifiant aux idoles" (École des beaux-arts, 1752 Paris). Fragonard entre alors à l'École royale des élèves protégés qui est dirigée par Carle Van Loo où il passe trois années.

Le Palais Mancini



Vers la fin du mois de décembre 1756, Fragonard arrive à Rome au Palais Mancini et dès son arrivée est très impressionné par les chefs-d'oeuvre des maîtres italiens, mais il traverse une grave crise de confiance en lui, craignant de ne jamais atteindre une telle perfection, le jeune homme est ébloui devant les oeuvres du grand peintre Raphaël, il est influencé par Tiepolo et Pierre de Cortone. Fragonard se lie avec le peintre Hubert Robert, arrivé à Rome en 1754, puis avec l'abbé de Saint-Non jeune et riche amateur, arrivé en novembre 1759, l'abbé devient son ami et son principal commanditaire.

Saint-Non l'emmène travailler à Tivoli et à Naples. Il rencontre aussi le peintre Greuze. Durant cette période Fragonard peint une figure académique d'homme et une tête de prêtresse qui sont envoyées à l'académie en 1758 et un grand nombre d'autres études (perdues), il copie le Saint Paul recouvrant la vue de Pierre de Cortone (1758, perdu) et peint plusieurs paysages dont L'Orage (1759, Louvre). Normalement Fragonard quitte le Palais Mancini au bout de trois ans comme l'usage le veut, il obtient une prolongation d'une année, puis grâce à l'abbé de Saint-Non garde son logement jusqu'en avril 1761.

L'Italie avec l'abbé de Saint-Non



Pour son retour en France, Fragonard accompagne l'abbé de Saint-Non qui lui demande de copier à son intention les oeuvres les plus significatives et dont il parait intéressant de garder le souvenir : de Reciglione à Nîmes en passant par Sienne, Florence, Pise, Bologne, Ferrare, Venise, Padoue, Vicence, Vérone, Mantoue, Reggio, Modène, Parme, Colorno, Plaisance, Gênes, Alassio, Antibes, Toulon, Marseille, Aix-en Provence, St-Rémy-de-Provence, Lyon, Dijon et Paris, l'artiste exécute 300 copies d'après les maîtres les plus célèbres ainsi que quelques illustres sites, le voyage dure plus de cinq mois et est l'occasion pour l'abbé et pour Fragonard d'admirer les belles oeuvres conservées dans ces villes, de pouvoir visiter les plus fameux monuments mais également d'assister au carnaval de Venise et de pouvoir rencontrer les grands personnages de l'époque notamment le critique d'art Algarotti et Du Tillot alors puissant ministre de Parme pour lequel Fragonard peint un Pan et Syrinse. De ce voyage date les plus célèbres et les plus belles sanguines de l'histoire du dessin les Dix vues de Tivoli et de la villa d'Este que réalise Fragonard.

Paris



De retour à Paris en septembre 1761, Fragonard grave quelques dessins d'après les maîtres copiés, dont quatre Bacchanales (Suite d'eaux-fortes gravées en Italie par Fragonard) qui sont publiées en 1763. Il reprend un tableau sur lequel il travaille depuis 1761 : Corésus et Callirhoé qu'il présente à l'Académie et est agrée. Un pendant au Corésus est commandé par Cochin, Marigny achète le tableau et décide de faire tisser les deux oeuvres aux Gobelins, il accorde à Fragonard un atelier et un logement au Louvre laissé vacant par le décès de Deshays. Au Salon où il expose pour la première fois il présente avec le Corésus, plusieurs paysages, L'Absence des pères et des mères misent à profit et deux vues de la villa d'Este à Tivoli qui font un triomphe.

Dès l'année 1765, les commandes officielles se multiplient, pour la décoration de l'un des plafonds de la galerie d'Apollon au Louvre, pour le château de Bellevue, deux dessus-de-porte pour le salon des Jeux et pour Versailles en collaboration avec le jeune peintre J.B Huet quatre tableaux pour la salle à manger du roi, de toutes ses commandes aucune n'est menée à terme, les raisons sont multiples, Fragonard n'apprécie pas les travaux de longue haleine qui demande de la patience et de la réflexion de plus la lenteur de l'état à le payer l'exaspère. Fragonard abandonne alors la peinture d'histoire et les décorations et préfère nettement les tableaux de cabinets très prisés des amateurs dont : L'Escarpolette (1767), il peint des scènes de genre galantes, des paysages inspirés des peintre hollandais que Fragonard admire, dont Ruisdael, Wynantsz (Paysage aux lavandières) qui est acheté par Louis XVIII. En 1767 au Salon, Fragonard expose des Groupes d'enfants dans le ciel (perdu), une Tête de vieillard et plusieurs dessins (un paysage ; Homme appuyé sur sa bêche et Homme assis dans un fauteuil) qui ne plaisent guère pas aux critiques, notamment à Diderot.


Fragonard et les Figures de fantaisie



Fragonard exécute vers 1769 une série appelée "Figures de fantaisie" au nombre de quatorze connues à ce jour, le ou les commanditaires sont inconnus. Ce sont plutôt des études de caractère que des portraits que Fragonard brosse très rapidement, ils sont tous de taille identique (80x65cm), Diderot ; Mademoiselle Guimard ; Jérôme de Lalande ; L'écrivain ; M de la Bretèche ; L'Abbé de Saint-Non, Le Guerrier ; L'Étude ; La Musique, etc.

En 1767, Fragonard accepte plusieurs élèves dont un jeune parisien âgé de 16 ans Louis André Dalbeau et un autre originaire de Cahors Jean-François Martin, une jeune miniaturiste Grassoise vient lui demander conseil, elle se nomme Marie-Anne Gérard et est issu d'une famille de distillateurs que l'artiste épouse en juin 1769 à Saint-Lambert du Vaugirard, au mois de décembre de la même année naît leur fille Rosalie. Lors du décès de Boucher et de la vente de son atelier Fragonard achète en février 1771, des dessins, des gravures et des tableaux appartenant au maître, dont des dessins de La Fosse, Roos, Verdier, Bramer et de Stella que possède Boucher.

En 1769, Louis XV offre à sa maîtresse, la comtesse du Barry, le château de Louveciennes. Celle-ci achète à Fragonard par l'intermédiaire du peintre François-Hubert Drouais, quatre-dessus de porte représentant la nuit et les trois parties du jour, qui ont un immense succès et marque le sommet de la carrière de Fragonard, pourtant il est vivement attaqué notamment par Renou qui publie anonymement Dialogues sur la peinture qui qualifie Fragonard de maître du tartouillis, critique son style et ses amis, les tableaux sont alors retirés et remplacés par quatre compositions de Vien. Le peintre est affecté par cet échec et par les critiques qui jugent son style dépassé. En 1763, la danseuse de l'Opéra de Paris Sophie Guimard lui commande un décor pour le plafond de son hôtel particulier, peu experte en matière d'art elle demande l'avis d'un jury d'amateurs, Fragonard est froissé et se venge en réalisant une caricature de la danseuse dans le tableau. Le chantier est repris par le jeune Jacques-Louis David qui achève le plafond.

Second séjour italien



Fragonard part alors en voyage avec son ami le mécène Jacques-Onésyme Bergeret, un riche fermier général, la femme du peintre est du voyage. Celui-ci débute par Limoges et Cahors, les deux hommes séjournent au château de Bergeret appartenant à Nègreplisse Bergeret, ils passent dans le Midi, Toulouse, Marseille, Gênes, Florence puis arrivent en décembre à Rome et à Naples, au retour ils passent par Bologne, Padoue, Vienne, Dresde et Francfort. Fragonard exécute pendant ce voyage qui d'une année, une série de magnifiques sanguines et lavis. De retour à Paris à la fin de l'année 1774, Fragonard et Bergeret se disputent la propriété des dessins réalisés en Italie, s'en suit un procès, Bergeret est contraint de racheter à Fragonard ses dessins.

En 1775 la jeune soeur de sa femme, Marguerite Gérard alors âgée de 14 ans vient habiter avec eux, elle devient rapidement l'élève de Fragonard et sa collaboratrice. En 1780, Marie-Anne donne naissance au seul fils de l'artiste Alexandre-Évariste qui devient également peintre. En 1788, il perd sa fille adorée Rosalie, profondément affecté, il tombe gravement malade et ses médecins l'envoie en convalescence à Grasse. Puis vient la Révolution, la mort de Louis XV le libère de ses engagements officiels, le peintre est ruiné, ses principaux clients sont ruinés ou exilés. Fragonard échappe à la misère grâce à son ancien élève Jacques-Louis David et à ses connaissances d'expert, il obtient un poste de conservateur au Muséum (futur musée du Louvre). En 1792, Fragonard fait entrer son fils Évariste âgé de 12 ans dans l'atelier de son ami David.

En 1793, nommé membre du Conservatoire, Fragonard joue un rôle primordial dans la fondation du futur Musée du Louvre et à ce titre obtient un logement au Louvre jusqu'en 1805, puis par décret tous les fonctionnaires doivent quitter le Louvre, il reçoit en compensation une pension de 1000 francs et s'installe dans l'actuel Palais Royal ou le grand artiste meurt oublié de tous en août 1806 à l'âge de 74 ans.



Première édition le: 07 avril 2010 Par : Sarah
Mise à jour le: 03 février 2012 Par : Sarah


Contenu sous copyright © 2010 - 2019, toutes reproduction strictement interdites sans autorisation écrite du site l'univers des arts.

Principales œuvres de Jean Fragonard Toutes les oeuvres ici

fichier:fragonard jean honore autoportrait.jpg

Autoportrait vu de face

fichier:fragonard jean honore la bergere.jpg

La bergère

fichier:fragonard jean honore le moissonneur.jpg

Le moissonneur

fichier:fragonard jean honore la vendangeuse.jpg

La vendangeuse

fichier:fragonard jean honore le jardinier.jpg

Le Jardinier

fichier:fragonard jean honore le colin maillard.jpg

Le colin-maillard

fichier:fragonard jean honore la bascule.jpg

La bascule

fichier:fragonard jean honore l hiver.jpg

L'Hiver

fichier:fragonard jean honore jeroboam sacrifiant aux idoles.jpg

Jéroboam sacrifiant aux idoles

fichier:fragonard jean honore psyche montre a ses soeurs les presents qu elle a recus de l amour.jpg

Psyché montre à ses soeurs les présents qu'elle a reçus

fichier:fragonard jean honore le repos pendant la fuite en egypte.jpg

Le repos pendant la fuite en Égypte

Publicité

J'ai hérité à la fois du talent de ma mère pour dépenser de l'argent et du don de mon père pour ne pas en gagner.
Bacon Francis

Haut de la page

BiographiePhotoGraveurCitationNous contacter Plan du site

Retrouver les plus grands artistes du moyen-âge au XIXe siècle avec leurs oeuvres principales en image.

fils rss l'univers des arts fils rss l'univers des arts fil rss biographie fil rss photo

© 2008-2019 l'univers des arts