Biographie Photo Graveur

Accueil > Hiroshige Andô


Ėphéméride

La St Prosper

A Paris le Soleil se léve à 5h49 se couche à 21h56

176e jours de l'année reste 189 jours

Semaine 26 UTC +2h


Artistes liés


fichier:Lecomte Hippolyte

Lecomte Hippolyte

1781-1857, peintre d'histoire et de paysages. Hippolyte Lecomte travaille avec le peintre Carle Verne...



fichier:Cambier Louis-Gustave

Cambier Louis-Gustave

1874-1949, peintre, graveur et sculpteur. Élève de Portaels, à l'académie de Bruxelles. Membre fondat...



fichier:Licinio Bernardino

Licinio Bernardino

1489-1565, peintre italien, de l'école vénitienne, de scènes religieuse et de portraits.



fichier:Elliott Charles Loring

Elliott Charles Loring

1812-1868, peintre portraitiste. Auteur de plus de 700 portraits (écrivains, artistes, politiciens, h...



fichier:Lampsonius Dominicus

Lampsonius Dominicus

1532-1599, peintre, dessinateur et poète flamand.



fichier:Madou Jean-Baptiste

Madou Jean-Baptiste

1796-1877, aquarelliste, peintre d'histoire, de scènes de genre, illustrateur, dessinateur, lithograp...



fichier:Bechi Luigi

Bechi Luigi

1830-1919, peintre de genre, Luigi Bechi réalise principalement des scènes familiales avec mère et en...



fichier:Epp Rudolf

Epp Rudolf

1834-1910, peintre réaliste de genre et portraitiste. Rudolf Epp est l'élève de Carlsruhe Descoudres.



fichier:Thorn Prikker Johan

Thorn Prikker Johan

1868-1932, peintre. Thorn étudie à l'Académie de La Haye, il est influencé par son compatriote Breitn...



fichier:Keller Ferdinand

Keller Ferdinand

1842-1922, peintre d'histoire et de paysages et de scènes mythologiques. Ferdinand Keller étudie à l'...



fichier:Knight Laura

Knight Laura

1877-1970, peintre de genre, de scènes de danse, du monde du cirque, de la danse, et de la vie des gi...



fichier:Linnig Egide

Linnig Egide

1821-1860, peintre de marines, lithographe. Egide Linnig étudia à Anvers, sa ville natale, avec van B...



fichier:Caillebotte Gustave

Caillebotte Gustave

Gustave Caillebotte est le moins connu des peintres impressionnistes, pourtant le peintre est l'auteu...



fichier:Torre Giulio del

Torre Giulio del

1856-1932, peintre italien.




hiroshige_ando.jpg

hiroshige ando

Hiroshige Andô

Pays :

Style :

Période :

Fils de samouraï

Issu d'une famille de samouraï, nommé Andō, Hiroshige reçoit le prénom de Tokutarō puis celui de Jüemon, car la tradition japonaise, veut que l'on change de prénom au cours de sa vie ou que l'on s'en ajoute de nouveau. Son père est un hikeshi döshin (sapeur-pompier) dans la ville d'Edo (aujourd'hui Tokyo). Dès l'âge de 10 ans, étant doué pour la peinture, il s'initiera à celle-ci avec Okajima Rinsai, peintre amateur. En 1809, sa mère meurt, son père lui transmet la charge d'officier de la brigade des pompiers à la cour du shôgun et meurt à son tour, Hiroshige devient à 12 ans, le chef de famille Andō. En 1811, il entra dans l'atelier du maître estampiste Utagawa Toyohiro, après avoir essayé en vain d'être pris comme élève par le plus célèbre maître Utagawa Toyokuni.

Ukiyo-e

En 1812, après seulement 1 an de formation, il reçut le prénom Hiroshige de son maître et signe ses premières oeuvres, il joint le caractère hiro (du nom du maître) à son nom d'artiste. En 1818, il dessine des illustrations pour un livre de poèmes comiques (Kyōkabon), des estampes d'acteurs de Kabuki et des séries de portraits de courtisanes et de guerriers célèbres, pendant cette première période, Hiroshige ne peut affirmer son talent, pris par les obligations de sa charge, il devra attendre 1832. En 1821, il se marie et lègue son poste à son jeune fils, Nakajirō, il put alors commencer ses chefs-d'oeuvres. En 1828, son maître Utagawa Toyohiro décède, il prend le nom d'artiste Ichiyūsai en 1831 et débute dans le paysage, qui le rendra célèbre et réalise la série en 10 parties : Vues célèbres de la capitale de l'Est (Tōto meisho jukkei).

Les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō

En 1832, il se défait de sa charge à la brigade du feu, et débuta la série des : Les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō,, inspirés d'une mission officielle, où il accompagne en 1832 le cortège du shogun sur la route du Tôkaidô, cette route connectait Edo avec Kyoto, et les stations étaient les endroits où les taxes étaient perçues et les voyageurs pouvaient passer la nuit ou manger. La série sera imprimée entre 1832 et 1834, avec un tirage de plus de 10 000 exemplaires, elle fera de lui le maître de l'ukiyo-e (image du monde flottant), par Takenouchi Magohachi, directeur de l'édition Hōeidō et remportera un succès considérable ; elle le mettra au niveau de Katsushika Hokusai, par lequel il sera très influencé, il consacre alors à cette route d'autres séries, de formats différents, la série : [b]Huit Vues de la province d'Omi [/b](Omi hakkei), puis celle de Kyoto, d'Osaka. Il réalisa à la même période ses estampes de grands poissons, d'oiseaux et de fleurs (kachô-ga).

Pour tous ses paysages il s'inspirait de guides illustrés. Sa production qui fut énorme, comprenant plus de 5000 ou 8000 oeuvres, suivant les experts, le conduira à parcourir sans cesse le Japon, qu'il transfigure dans son art, où il conjugue réalisme et poésie. Parallèlement à ses suites d'estampes de paysages, il publie de 1853 à 1856, une suite de 70 planches, les Vues des sites célèbres des soixante et quelques provinces du Japon, et de 1856 à 1859, un superbe recueil de 119 planches: les Cent vues célèbres d'Edo, rendant hommage à sa ville natale et sera le couronnement de sa carrière. Dans ces deux suites, il utilise de façon systématique le format vertical, qui l'oblige à adopter un style orignal et variées, des vues plongeantes, des perspectives ascendantes, des points de vue multiples, des détails en gros plan, de très beaux dégradés de couleurs, ces estampes sont d'une précision topographiques avec au premier plan de celle-ci toute une activité humaine.

Le peintre du peuple japonais

Suivant la tradition des meisho-e,(vues célèbres), il immortalise des sites fameux ainsi que des vues urbaines : ponts, rivières, cascades, lacs, côtes, montagnes, rizières, temples, sanctuaires, théâtres, maisons de thé, auberges, boutiques, exécuta des scènes de genre, des foules, des voyageurs, marchands, artisans, paysans, pèlerins, moines, geishas, samouraïs animeront ces vues. Son génie fut de montrer les paysages les plus remarquables de l'Archipel, mais aussi des vues plus communes,. Surtout, il anima ses planches de japonais modestes, du peuple actif d'Edo. La vie sera toujours présente ou suggérée; le choix de l'artiste ne se portait pas sur des personnages inaccessibles: les grands acteurs de kabuki, les sumotoris, les bijins à la beauté et à la grâce trop parfaites. II se portait sur le peuple en mouvement, celui du Japon profond. Reprenant à la suite de Hokusai le thème du mont Fuji, Hiroshige réalise à la fin de sa vie deux séries sur la montagne sacrée, publiées de façon posthume en 1859, où il incorpore les principes de la perspective à l'occidentale intitulé: Les Trente-six vues du mont Fuji, en couleurs, l'autre: Les Cent vues du mont Fuji.

L'interprète de l'atmosphère et de la nature

Dans ses estampes, il privilégie l'aspect poétique de la nature, avec des effets atmosphériques, les saisons, la lumière, le temps, ( pluie de printemps, orage, vent, neige, brouillard ou encore les moments de la journée : aube dans la brume, lever de soleil, crépuscule du soir, clair de lune, obscurité de la nuit,(que reprendront les impressionnistes).
En 1856, il prit la tonsure, il a 60 ans, et devient moine bouddhiste, c'était l'usage de l'époque, les croyants bouddhiste, se préparant à leur fin prochaine, Hiroshige apparaît sur un portrait posthume, réalisé par Kunisada, qui sera l'unique portrait du maître, en habit de moine, le crâne rasé, un chapelet à la main. Moine errant comme Hokusai, il parcourt son pays dans l'unique but de comprendre et de figurer la nature. En 1858, atteint du choléra, il compose un poème d'adieu ; cette épitaphe, gravée sur la stèle du sanctuaire où il est enterré, témoigne de son goût pour les voyages et les paysages.

Le Japonisme en Europe

Les estampes de Hiroshige révolutionneront la peinture européenne et contribuera au développement de l'impressionnisme, notamment avec l'ouverture du commerce extérieur et grâce aux expositions universelles de Londres en 1862 et celle de Paris en 1867, ces estampes entreront en grand nombre en Europe et fascineront les européens. Ce sera Philippe Burty, grand collectionneur d'estampes japonaises, qui publia dans la revue, Renaissance littéraire et artistique, une série d'articles sous le titre japonisme, terme qui restera. Le peintre Whistler et le graveur Félix Bracquemond contribueront à la diffusion du japonisme en Angleterre. Hiroshige influencera également Édouard Manet, Edgar Degas, Claude Monet, mais aussi Van Gogh, qui découvrira des estampes chez le marchand d'art asiatique Samuel Bing ; qui tous collectionneront les estampes du maître, mais ce seront surtout les frères Goncourt qui contribueront à la diffusion du japonisme en France.



Première édition le: 27 décembre 2009 Par : Moriarty
Mise à jour le: 27 décembre 2009 Par : Moriarty


Contenu sous copyright © 2009 - 2019, toutes reproduction strictement interdites sans autorisation écrite du site l'univers des arts.

Principales œuvres de Andô Hiroshige Toutes les oeuvres ici

fichier:tokaido planche1.jpg

Tokaido planche N°1

fichier:tokaido planche2.jpg

Tokaido planche N°2, Hiroshige

fichier:tokaido planche3.jpg

Tokaido planche N°3, Hiroshige

fichier:tokaido planche4.jpg

Tokaido planche N°4, Hiroshige

fichier:tokaido planche5.jpg

Tokaido planche N°5, Hiroshige

fichier:tokaido carte.jpg

Tokaido carte du voyage

fichier:tokaido planche6.jpg

Tokaido planche N°6, Hiroshige

fichier:tokaido planche7.jpg

Tokaido planche N°7, Hiroshige

fichier:tokaido planche8.jpg

Tokaido planche N°8, Hiroshige

fichier:tokaido planche9.jpg

Tokaido planche N°9, Hiroshige

fichier:tokaido planche10.jpg

Tokaido planche10.jpg

Publicité

Pas besoin de grill, l'enfer c'est les autres.
Sartre

Haut de la page

BiographiePhotoGraveurCitationNous contacter Plan du site

Retrouver les plus grands artistes du moyen-âge au XIXe siècle avec leurs oeuvres principales en image.

fils rss l'univers des arts fils rss l'univers des arts fil rss biographie fil rss photo

© 2008-2019 l'univers des arts